Article masculin

Saint-Valentin 2018: "Je me suis fait larguer le soir du 14 février, nous avions décidé de nous marier six mois plus tard"

Le soir de la Saint-Valentin, je me suis fait larguer, nous avions décidé de nous marier six mois plus tard.

Les propos de ce témoignage, retranscrits à la première personne, ont été recueillis par Valentin Etancelin. Esther, 29 ans, est utilisatrice de l'application Happy Couple, réseau par lequel Le HuffPost est entré en contact avec elle.

SAINT-VALENTIN - Pablo et moi venions de nous rencontrer sur un site de jeux vidéo en ligne. Lui venait du Nord de la France, moi d'une ville dans l'Ouest. On a commencé à se parler, puis nous sommes rapidement sortis ensemble à distance.

Un jour, on a décidé de franchir le cap. On se retrouve pour la première fois dans la vraie vie, avec notre bande d'amis en commun, à la Paris Games Week, en 2011. Les choses se sont accélérées. Quelques mois après, il lâche son travail et vient s'installer chez moi. On déménage ensemble à Lyon, où j'ai dû me rendre pour finir mes études.

Un jour, au mois d'août 2013, sans trop m'y attendre, Pablo me surprend. Il me fait sa demande en mariage. J'étais prise de court, à bout de souffle. Évidemment, le malaise s'est lu sur mon visage. Il a tout de suite compris. Il revient sur sa demande et comprend tout à fait que je ne veuille pas me marier tout de suite.

La deuxième, c'est la bonne

Pablo vient d'un famille croyante, très pratiquante. S'il m'a fait sa demande, c'est surtout pour rassurer sa famille, d'après ce qu'il me dit. Moi, le mariage, ça ne m'a jamais intéressée. J'ai toujours vu ça comme une procédure administrative devant faciliter certaines démarches, les impôts, par exemple.

Le temps passe et le décès d'un de mes proches survient. Pensant que cela allait sans doute me réconforter, Pablo me refait sa demande. Il a voulu me prouver son soutien dans cette étape difficile de ma vie. Mais cette fois, j'accepte.

Je savais qu'il voulait un mariage en grand. Je savais qu'il voulait quelque chose d'important, avec la famille, les amis, à l'Église. Entre mes études, mon logement, mon avenir professionnel et mon couple, j'avais déjà beaucoup de choses en tête. Je lui laisse donc gérer tout ça. Il accepte. Nous sommes au mois d'août 2015. C'est là que tout a commencé à se dégrader.

Il a toujours été très gentil avec moi. Mais bon, comment dire... C'est un garçon qui a toujours vécu chez ses parents. Il a toujours eu l'habitude qu'on s'occupe de lui. Il n'a jamais vraiment eu à s'occuper de ses factures, des ses comptes, de ses soucis financiers. Moi qui suis partie très tôt du domicile familial, c'était tout l'inverse. Sans m'en rendre trop compte, sur le moment, j'ai dû aussi m'occuper de toute sa vie. Et puis, finalement, j'en suis venue à être en charge de tous les préparatifs du mariage.

Et là...

Et puis arrive ce fameux soir de la Saint-Valentin. Nous sommes le 14 février. On se marie dans six mois, en août 2016. Des amis, eux aussi en couple, nous ont invité à venir dîner chez eux. Au gré d'une discussion, ils nous posent quelques questions sur l'événement tant attendu. Ils nous demandent où on en est au niveau des préparatifs.

Très bonne question, je commence à faire le point en m'adressant à lui: "Notre salle de réception, on l'a. C'est moi qui l'ait trouvée. Les faire-parts, je t'ai fait des propositions. On a des exemples, mais j'attends toujours ton avis. Le traiteur, j'ai, là encore, fait des recherches." Je monte un peu le ton. À finalement tout gérer, je n'en peux plus. "Toi qui voulait d'un grand mariage, qu'est-ce que t'as fait pour ça? Où t'en es à ce niveau-là?"

Et là, contre toute attente: il se met à pleurer. Il est perdu. Pablo ne sait pas de quoi il a envie. Et ce, depuis le jour où je lui ai dit "oui". Il a commencé à paniquer dès que j'ai commencé à prendre ça au sérieux. Dès que j'ai commencé à en parler autour de moi, à ma famille, à mes amis.

Pendant des mois, il m'a laissé tout organiser, tout planifié. Alors que lui, n'a même pas osé me dire qu'il hésitait. Il m'explique qu'il n'a jamais voulu me le dire. Il a fallu attendre ce fameux soir de la Saint-Valentin pour que j'apprenne ça, après m'avoir fait miroiter pendant des mois.

"T'inquiète pas, je t'aime"

"T'inquiète pas ma chérie, on ne sépare pas. Je t'aime", qu'il m'a dit. S'il avait été honnête avec moi dès le début, il n'y aurait pas eu de soucis. Mais là, non. Quand on est rentré, je lui ai dit que c'était terminé. Je veux qu'il parte de chez moi. Je lui accorde un peu de temps pour qu'il se trouve un nouvel appartement. Il lui aura fallu huit mois. Huit très longs mois.

C'était très difficile dans mon deux pièces. Je sortais tous les soirs, tous les week-ends. Je faisais en sorte d'être le moins possible chez moi. Autant, quand on était en couple, tout était très calme. Même si ça grognait de temps en temps, ça n'avait jamais été une relation houleuse. Mais là, c'était explosif. J'ai commencé à fréquenter quelqu'un. Ça le rendait complètement jaloux. Il s'est mis à fouiller mes discussions. J'ai dû changer mes mots de passe.

Le jour où il est parti, ça été un vrai soulagement. Aujourd'hui, je suis passée à autre chose. Il m'a fallu du temps avant de pouvoir faire confiance à un autre homme. Le mariage, je n'en veux plus. En tout cas, plus de cet ordre là. J'en suis revenu à ma conception de base. Ça m'a bien calmé. C'est terminé pour moi.

J'ai quelqu'un dans ma vie, aujourd'hui. Ça se passe très bien. Lui aussi a vécu une histoire compliquée, on se comprend. Il fait attention à moi. On vit plus ou moins ensemble, ça devrait bientôt se concrétiser. On attend tranquillement, on a décidé de prendre notre temps.

Pour ce qui est de Pablo, on ne se parle plus. Le problème c'est qu'il me doit encore beaucoup d'argent. Un mariage, ça coûte cher. Mais le temps est passé. Je ne lui souhaite ni le meilleur, ni le pire.

Happy Couple est une application dédiée à l'épanouissement du couple. L'idée est d'apprendre à se découvrir en profondeur dans les débuts d'une relation ou de renouer les liens d'une histoire en cours.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

J'ai 18 ans et voici ce que l'endométriose m'a appris sur mon corps

Au secours, mes parents savent tout de ma vie sexuelle

Mon père est un homme battu et personne ne le prend au sérieux

Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie, cliquez ici

Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

Retrouvez-nous sur notre page Facebook


Lire la suite de l'article


Café Royal, mission développement durable avec « La Laguna » .

Homactu-Actu - Il y a 9 heures
 [caption id="attachment_104577" align="aligncenter" width="500"] Laguna Bay[/caption]Recette :Le Royal Laguna Bay : quand le meilleur des cafés rencontre le bar tender le plus créatif du moment !Reconnu pour ses notes acidulées, le

Cisjordanie : tout comprendre aux colonies israéliennes

Actu - Leparisien2 - Il y a moins d'une heure
La dernière annonce du genre, en mars 2017, avait déjà refroidi les relations avec l’Occident. Cette fois, c’est en plein regain de tensions à la frontière israélo-palestinienne qu’un ministre de l’Etat...

Syrie : les forces kurdes annoncent la capture d'un djihadiste français recherché

Actu - Leparisien2 - Il y a 1 heures
Les forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par Washington et Paris, ont annoncé jeudi avoir capturé à Raqqa, dans le nord de la Syrie, un djihadiste français recherché,...