Article masculin

"Hostiles": comment UN western décrypte le monde d'aujourd'hui

<i>: comment UN western décrypte le monde d'aujourd'hui. " data-caption=""Hostiles": comment UN western décrypte le monde d'aujourd'hui. " data-credit="Metropolitan FilmExport">

CINÉMA - Les westerns ont toujours été utilisés pour faire parler une époque. "Hostiles", en salle ce mercredi 14 mars, ne déroge pas à la règle. Ce film, réalisé par Scott Cooper, permet d'éclairer le monde d'aujourd'hui.

Pourtant, son histoire prend place en 1892. Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison au Nouveau-Mexique, est contraint d'escorter Yellow Hawk, chef de guerre cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales du Montana. Peu de temps après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à leur périple. Sur le chemin, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l'environnement et aux tribus comanches qu'ils rencontrent.

Malgré son univers basé à la fin du XIXème siècle, "Hostiles" est très révélateur du monde actuel. "J'ai toujours voulu réaliser un western, mais je tenais à le faire à ma façon; je voulais qu'il soit pertinent au regard des questions raciales et culturelles qui agitent actuellement l'Amérique. Nous sommes tous conscients des mauvais traitements qui ont été infligés aux Amérindiens, mais on peut voir le même schéma se reproduire aujourd'hui avec les Afro-Américains ou la communauté LGBTQ", regrette Scott Cooper.

Chacun pour sa pomme

Joseph Blocker est seul. Il s'est renfermé sur sa propre existence comme bon nombre de ses camarades militaires. La seule chose qui compte? Faire correctement son travail, peu importe les souffrances que cela implique. Un individualisme qui n'est pas sans rappeler les critiques faites régulièrement au monde dans lequel nous évoluons.

"Nous vivons dans un monde où prime l'individualisme; d'une certaine manière ce film reflète l'esprit de notre époque", souligne le producteur du film Ken Kao. Mais "Hostiles" semble clamer la logique suivante: Ensemble, on est plus fort. Et pour cause, au fil du scénario, on met en exergue la nécessité de l'entraide. Lorsque Joseph Blocker s'unit aux Cheyennes qu'ils escortent par exemple, ce n'est que grâce à leur alliance qu'ils peuvent combattre les Comanches. Plus tard, c'est en unissant leurs forces de nouveau qu'ils peuvent sauver les trois femmes qui les accompagnent des griffes de trois rustres.

La place de la femme

La scène qui introduit "Hostiles" dépeint un massacre d'une violence rare durant lequel la famille de Rosalie Quaid (Rosamund Pike) est décimée. Chaque membre du foyer est abattu froidement, il ne reste plus que la mère de famille, victime. Pendant ce temps-là, à la prison de Fort Berringer, les femmes sont passives. L'une est mère, la seconde n'est rien d'autre que la fille de son père. Cette vision peu flatteuse de la femme fait écho aux stéréotypes qu'elles combattent aujourd'hui.

Comme pour l'individualisme, on s'aperçoit au fil du film que les femmes sont bien plus capables que ce que les clichés voudraient laisser croire. Ainsi, Rosalie Quaid, veuve et arrachée à ses trois enfants, n'hésite pas à prendre les armes mais aussi à créer du lien entre les deux camps rivaux. Il en est de même pour la fille et la belle-fille de Yellow Hawk. Elles resteront fières et combattantes durant toute la seconde partie d'"Hostiles".

C'est une âme de tueur

Le film à peine commencé, la phrase de D.H Lawrence s'affiche: "The essential American soul is hard, isolate, stoic, and a killer" (ou en français: "l'âme américaine est dure, individuelle, stoïque. C'est une âme de tueur"). Cette phrase évoque la dureté de ces combats coloniaux et peut tout aussi être vue comme une critique de l'Amérique actuelle.

Cela fait notamment référence aux tueries perpétrées régulièrement aux États-Unis jusque dans les écoles. Dans "Hostiles" les enfants sont logés à la même enseigne que les adultes, s'ils sont sur le chemin, ils ne seront pas épargnés. Le film met en exergue, par la même occasion, l'extrême violence. Des détails sanglants sont donnés par la parole mais aussi par l'image.

Ces meurtres abominables sont rendus possibles par l'utilisation d'armes, autorisées par le deuxième amendement de la constitution américaine: "le droit de chacun de posséder et de porter une arme ne doit pas être enfreint, pour ce qu'une milice bien organisée est nécessaire à la sécurité d'un État libre".

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

La bande-annonce façon western du premier tour de la primaire

:{"plid":"21523535"}}" href="https://www.huffingtonpost.fr/2016/01/06/quentin-tarantino-western-engage-les-huit-salopards_n_8912212.html?utm_hp_ref=fr-western" target="_self">Quand Tarantino dépoussière le western engagé

:{"plid":"21561346"}}" href="https://www.huffingtonpost.fr/2015/10/15/une-photo-inedite-de-billy-the-kid-decouverte_n_8299804.html?utm_hp_ref=fr-western" target="_self">Une photo de Billy The Kid découverte par un collectionneur

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook


Lire la suite de l'article


Andrea Crews – Fashion Week Paris – Printemps-Été 2019.

Homactu-Actu - Il y a 3 heures
Dans le cadre de la Station F, entrepôt désaffecté de la SNCF, mais rénové en bureaux, s'est déroulé le défilé Andrea Crews." Hardwre to Sofware " le titre de la nouvelle collection Printemps/Été 2019. Elle s'imprègne du monde digital et

Libye : un millier de migrants secourus en mer dimanche

Actu - Leparisien2 - Il y a 1 heures
La marine libyenne annonce avoir secouru près de 1.000 migrants, dimanche, au large de ses côtes, alors qu’ils tentaient de traverser la Méditerranée pour atteindre l’Europe.Trois groupes secourus. Tard...

Election en Turquie : Poutine salue la «grande autorité politique» d'Erdogan

Actu - Leparisien2 - Il y a moins d'une heure
Sans attendre l’officialisation du résultat ce lundi, le président Recep Tayyip Erdogan a fêté dans la nuit sa réélection dès le premier tour de l’élection turque. Mais l’agence de presse étatique Anadolu,...