Article masculin

Comment les réseaux sociaux ont engendré les monstres dont nous banalisons les actes

Comment les réseaux sociaux ont engendré les monstres dont nous banalisons les actes.

Si chaque société a produit ses monstres, la nôtre semble se distinguer par la place qu'elle leur accorde. Autrefois montrés (monstrum) comme autant d'expressions d'une humanité débordée par le chaos, censés l'avertir (monere) de ses limites et de sa fragilité, ils restèrent longtemps consignés dans le mythe, la fable, le conte ou exhibés sur les estrades des fêtes foraines et dans des bocaux remplis de formol. Le monstre a ainsi toujours été celui que l'on met à part pour établir par son altérité notre humanité en négatif.

Aujourd'hui, les monstres pullulent au contraire sur les réseaux sociaux, et sont devenus plus présents et visibles que jamais dans notre vie quotidienne. Des images-monstres qui circulent sans le moindre contrôle éditorial (pensons aux mises en scènes de décapitations filmées par les djihadistes de Daesh et à la viralité que connurent les photos et vidéos du meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov en plein vernissage le 19 décembre 2016) aux challenges qui incitent les internautes à mettre leur santé ou leur vie en péril (comme le Blue Whale Challenge), des Trolls qui inondent Internet de fausses rumeurs ou de propos calomnieux aux fake news et faux comptes russes Facebook qui influencèrent les dernières campagnes présidentielles françaises et américaines, ou encore ces célébrités qui dévoilent sur Twitter leur côté sombre en y déversant des propos homophobes, antisémites ou racistes comme put le faire Mehdi Meklat sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps et dont les tweets furent découverts en 2017. Lorsque d'autres ne se cachent pas et assument l'expression de leur haine à l'instar récemment de Mathieu Kassovitz (Voici.fr, 30 janvier 2018).

Dans ce Tartare numérique, les nouvelles stars du Net sont d'affreux diablotins qui se vautrent dans l'abject, tels les YouTubeurs Jeremstar et Logan Paul qui respectivement s'amusent à humilier leur acolyte ou se filment aux côtés du cadavre d'un homme pendu "découvert" avec des amis au cours d'une randonnée (Le Monde "Pixels" du 2 janvier 2018). Plus récemment encore, Anne Sinclair a été confrontée à des insultes sur son compte Twitter tout comme Caroline de Haas qui préférera se retirer en un exil numérique, lorsque la candidate à l'émission The Voice Mennel doit elle aussi abandonner le célèbre télé-crochet suite à une polémique que suscitèrent d'anciens tweets postés après les attentats de Nice dans lesquels elle se montrait sceptique quant à l'identité du terroriste et évoquait une possible machination du pouvoir et des médias. Cela suffit à éveiller la fureur du monstre 2.0 qui dévora son éphémère image de madone moderne, la tête ceinte d'un foulard bleu, les yeux clairs, et qui émut le public en chantant Allelujah de Léonard Cohen.

Nous sommes ainsi les duplices contemporains d'une véritable banalisation de l'insulte, de l'humiliation et de l'abject, nous qui nous repaissons à notre tour et sans nous sentir le moins du monde coupables de l'affreux. Nous qui pouvons aujourd'hui nous adorer à présent que l'onanisme est devenu une forme d'expression de soi et une façon pour l'individu 2.0 de s'épanouir et de "communiquer" avec les autres en partageant tous ses faits et gestes. Nous enfin qui sommes devenus semblables au Typhon de la mythologie grecque: la tête dans le web et les doigts comme autant de serpents qui persifflent et épient l'actualité de nos "amis", abonnés et followers sur nos multiples réseaux, mais aussi les posts les plus infâmes et choquants.

Nous semblons alors vouloir oublier un présent en perpétuelle crise (humanitaire, écologique, politique, sociétale) en nous amusant du sordide et du glauque et en nous émerveillant de cette foule de nous-mêmes que nous renvoie notre téléphone si intelligent qu'il est devenu une véritable prothèse sociale. Une monstruosité dont l'hypervisibilité trahit les dérives d'une société qui à force de jouer avec les traditionnelles frontières qui séparaient autrefois le bon et le mauvais goût, l'humain et le monstrueux, le décent et l'indécent, l'intime et le public, le grave et le futile, l'important et le dérisoire semble dériver sans boussole et perdre la tête, orpheline d'une transcendance qu'il nous revient à présent de retrouver.

Pauline Escande-Gauquié & Bertrand Naivin - Monstres 2.0. L'autre visage des réseaux sociaux - Ed. François Bourin, Paris, à paraître le 15 mars 2018

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

:{"plid":"23369535"}}" href="https://www.huffingtonpost.fr/jeanmichel-arnaud/la-peur-de-passer-a-cote-de-quelque-chose-voila-comment-les-reseaux-sociaux-vous-rendent-accro_a_23369535/?utm_hp_ref=fr-reseaux-sociaux" target="_self">Comment les réseaux sociaux vous rendent accro

:{"plid":"23366268"}}" href="https://www.huffingtonpost.fr/pauline-m/instagram-est-il-en-train-de-nous-faire-perdre-notre-personnalite_a_23366268/?utm_hp_ref=fr-reseaux-sociaux" target="_self">Instagram est-il en train de nous faire perdre notre personnalité?

:{"plid":"23336914"}}" href="https://www.huffingtonpost.fr/florian-silnicki/pourquoi-jeremstar-traverse-le-bad-buzz-typique-qui-peut-faire-basculer-une-carriere_a_23336914/?utm_hp_ref=fr-reseaux-sociaux" target="_self">Jeremstar traverse le bad buzz qui peut faire basculer une carrière

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook


Lire la suite de l'article


Munich, capitale de la Bavière

Homactu-Actu - Il y a 7 heures
Munich, capitale de la Bavière est souvent considérée comme une des plus authentiques villes d'Allemagne. 3e ville après Berlin et Hambourg, elle a connu un essor important à partir de la fin du 18ème siècle, et a su faire la part belle à l'art

ONU : une 73e Assemblée générale en plein blues de la diplomatie

Actu - Leparisien2 - Il y a 5 heures
Ce lundi, les dirigeants de la planète prennent la direction de New York pour la 73e assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui s’ouvre véritablement mardi matin. Une séquence politique...

Russie : l’opposant Navalny arrêté... dès sa sortie de prison

Actu - Leparisien2 - Il y a 6 heures
L'opposant russe Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté lundi, à Moscou, dès sa sortie de prison. Il a été interpellé juste à l'extérieur du centre de détention et conduit à une station de police du centre...